HYAM
HoldUpPhoto/Facebook
Centre Pompidou
Huis Marseille
Librairie 7L
ArtParis2014
foam
ASPHALT
ADORE NOIR
Eikon
Punctum
GUP Magazine
Aap Lab
YIA Art Fair
Chris Boot LTD
Auction
Meeting
Book
portrait
Collector's Corner
Column
ArtFair

"Exit Ghost" Kaï Bornhöft

L'ombre de Dubaï

Les températures dépassent les 40° degrés. Une canicule étouffante règne sur cette ville du désert. A quoi ressemble donc la vie dans ce coin du monde, destiné en fait à ne rien voir pousser parce qu'il y fait trop chaud et trop sec. C'est la question que s'est posée le photographe berlinois Kai Bornhöft, en voyage à plusieurs reprises à Dubaï entre 2006 et 2009. Dans ce non-lieu, il a trouvé des non-images. Instantanés flous / fugitifs, tels des ombres sur la pellicule de son appareil photo numérique, comme s'il fallait fermer très fort les yeux, tant le soleil y est impitoyable. Kai Bornhöft est en quête d'images dépassant le simple cliché. Vous ne verrez sur ses photos ni shoppingmall, ni voitures de luxe, ni le Burj Khalifa, considéré comme le plus haut gratte-ciel au monde.  

 


 

Né en 1968 à Kiel (Nord de l'Allemagne), Kai Bornhöft, dont on trouvera entre autres une collection à la bibliothèque nationale française, photographie de sorte que le spectateur se sente libre dans ses associations. Au moment où il appuie sur le déclencheur, il a déjà décidé de la part de flou qu'il veut y mettre et travaillera ensuite dans la chambre noire à faire ressortir les contrastes et les structures. Il n'y a là rien qui ne relève du documentaire, mais qui veut y reconnaîtra des réalités de la vie : la promesse de faire fortune, le fossé entre riches et pauvres dans les portraits qu'il faits d'employés de maison et d'ouvriers du bâtiment. "Exit Ghost", tel est le nom qu'il donne à sa série de photos, pour y décrire le modèle de vie qu'il a pu rencontrer à Dubaï ; modèle de vie "qui, en apparence, n'interpelle pas", dit-il, un de ces modèles de vie, où tout est parfait et artificiel et d'où sont exclus, selon lui, "les mauvais esprits". Kai Bornhöft les capture alors avec son appareil. Le ciel menaçant, le profil des femmes, l'homme à côté d'un trou : tout y est inquiétant.

Anna Pataczek

Article traduit par Alix de Rasilly paru dans le quotidien berlinois Der Tagesspiegel du 1er Juin 2014  

« Exit Ghost », Kai Bornhöft

PRO Langhans, Prague, 2014

Hardcover with concrete mounted surfaces

48 pages, Tritone, 19 x 26 cm

Edition of 500, 35 Euro

Please order on www.kaibornhoeft.com

 


You can also read a critic on www.hatjecantz.de/fotoblog/